camembert-detail

Tout un fromage

La France ne serait pas tout à fait la France sans le camembert. Avec son petit côté canaille, un peu rustique, un peu bonne franquette, mais qui cache bien son jeu, il vous sort l’air de rien toute une palette de saveurs à la fois douces et puissantes. Et si vous osez le faire cuire, il vous réserve quelques surprises de taille !

camembert-img-fr 

Tout cru avec des noix

En toute simplicité

Un quartier coupé en douce et qu’on mange à la pointe du couteau… le camembert n’a pas besoin de cérémonial pour faire parler ses charmes. Pur nature, il se suffit à lui-même. Sur une tranche de pain, avec une confiture ou en grignotant quelques noix pour le contraste de texture.

Comme une tarte aux pommes

Bonne pâte

La fraîcheur et l’acidulé de la pomme. L’onctuosité et la profondeur du camembert. Une pâte feuilletée pour sceller l’accord et voilà un vrai faux dessert qui se glissera en entrée aussi bien qu’en fin de repas.

Comme un samoussa

La route des Indes

Personne ne résiste au plaisir d’un samoussa, le beignet indien à manger du bout des doigts. Le camembert lui donne un petit accent décalé, une touche française qui permet de jongler entre curry et lardon pour conclure l’affaire. Une fusion explosive.

Rôti avec un filet de miel et de calvados

Chaud devant

Ah, la tartiflette normande ! Plus coulant que le reblochon, avec une croûte plus souple, le camembert met la barre très haut dans le défi du fromage fondu. Un filet de miel, un soupçon de calvados et un petit détour par le four : tout est dit, il ne reste plus qu’à se laisser fondre.

camembert-appellation

Appellation et affinage : les secrets du camembert

La guerre du camembert a bien eu lieu, et c’est le camembert qui a gagné. Pendant plus d’une décennie, la France a tremblé en suivant les épisodes d’un feuilleton judiciaire digne des plus grandes séries américaines. Le camembert AOP, protégé par une réglementation qui garantit à la fois son origine normande, sa fabrication à la louche et l’utilisation de lait cru, est désormais le seul à pouvoir porter l’appellation ‘de Normandie’.
La saison a évidemment une influence sur le goût du camembert : l’alimentation des vaches n’est pas la même, et le lait de printemps donnera par exemple des tonalités herbacées aux fromages que nous mangerons quelques semaines plus tard.
Après l’affinage, qui dure entre 4 et 12 semaines, un camembert peut se conserver environ 25 jours au frais – de préférence à la cave ou dans un endroit sombre et sec plutôt qu’au réfrigérateur. Il va continuer à évoluer et se transformer en affirmant ses saveurs. Si vous le faites cuire, vous pouvez le choisir ‘jeune’. Pour le déguster cru, préférez-le un peu plus ‘mûr’.

camembert-cidre 

Que boire avec un camembert ?

Quand on mange un vrai bon camembert, la première sensation qui vient en bouche c’est celle de la crème, du goût de la peau du lait frais. Même affiné longuement, il garde toujours une rondeur et une onctuosité qu’on n’a pas envie de perdre. Un vin rouge là-dessus et on brise toute cette puissante rondeur en lui coupant l’herbe sous le pied à coup de tanins. Comme toujours, il vaudra mieux se tourner du côté du terroir local et marier le camembert à un de ses compatriotes, par exemple un cidre fermier ou bien un calvados. La fraîcheur naturelle de la pomme va sublimer le gras du fromage et va prolonger sa longueur en bouche. Dans le même esprit, un vin blanc équilibré, avec une bonne acidité et des arômes pas trop floraux, le mettra parfaitement en valeur.


À l’eau la terre

Faire se rencontrer les univers marins et terriens dans l’assiette est un jeu auquel les cuisiniers de tous niveaux se prêtent depuis la nuit des temps. Accords classiques ou contrastes osés, la confrontation met le plus souvent en valeur les subtiles nuances du gras et de l’iode. Un monde de gourmandise infinie dont on se passe difficilement une fois qu’on en a franchi les portes.

Cook like a pro

Trop belge pour toi

C’est, avec le chicon, un des trésors nationaux de la Belgique culinaire. Aussi rare que discrète, l’asperge blanche annonce mieux que toutes les hirondelles l’arrivée tant attendue du printemps.

Cook like a pro

Sacré saké

Cette ‘fondue japonaise’ composée d’un bouillon dashi dans lequel on plonge différents légumes et viandes se mariera parfaitement aux saveurs complexes d’un saké. Ludique et savoureuse, elle n’attend que vos idées créatives pour se transformer au grè des inspirations.

Cook like a pro

Minute Cocotte

Mijoter, mitonner, braiser, étuver… quel que soit le format, la cocotte – en fonte brute ou émaillée – est un accessoire culinaire essentiel. Elle permet une répartition optimale de la température tout en maintenant un taux d’humidité qui préserve le moelleux et la texture des ingrédients.

Cook like a pro

Inspecteur Magret

Traditionnellement cuit à la poêle ou à la plancha, le magret de canard peut néanmoins se prêter à des préparations bien plus créatives. Cuit ou cru – oui, le canard peut se servir cru – il ne déçoit jamais. Accords sucré-salé, rencontres terre-mer, assaisonnements épicés… ne négligez aucune piste !

Cook like a pro